AccueilLe projet TIPERL'ETAMATLa seconde guerre mondiale

icone HistoriqueLa Seconde Guerre mondiale


Portail d"entrée de l'ETAMATEn avril 1940, le ministère de l'Armement, probablement pour faire face aux besoins de la guerre en munitions, décide la création d'un atelier d'usinage de canons dépendant de la Manufacture d'Armes Nationales de Châtellerault. Pour cela, des terrains sont réquisitionnés. Ils se situent dans la zone industrielle de Thouars-Louzy actuelle, le long de la route menant à Saumur (les terrains étaient à la limite de la commune de Thouars et de Louzy). Les travaux débutent, mais doivent s'interrompre en juin 1940 à cause de l'arrivée des allemands. L'atelier de fabrication ne verra jamais le jour!

Pendant la guerre, le dépôt de Thouars remplit sa mission de ravitaillement. Mais peu d'informations parviennent au directeur de l'établissement. Voyant l'arrivée de l’ennemi, l'ordre de repli est donné par le commandant le 19 juin. Une partie du personnel reste sur place et est chargée de la garde de l'établissement et du ravitaillement des unités qui le demanderaient. Elle est également chargée de saborder les amorçages si l'armée ennemie menace de prendre l'établissement. Le 21 juin, le commandant du détachement donne l'ordre d'amorcer les charges de destruction et à 12h30, le camp est évacué alors que la bataille de Saumur est engagée.

Les allemands investissent le dépôt le 21 juin 1940. Le 15 août 1944, les Allemands commencent à détruire le camp dès 7h du matin. Ils le quittent le lendemain. Celui-ci sera détruit à 90% et les archives ne seront pas épargnées. Il n'y a plus d'alimentation en eau et pratiquement plus d'électricité. Le réseau ferré est détruit, le casernement et les logements militaires découverts.

 

L'après guerre

Peu de temps après le départ des allemands, le camp subit une autre explosion le 29 août 1944. Mais les militaires français ne se découragent pas et réinvestissent le lieu en aménageant même un court de tennis, près de la piscine construite par les allemands. Mais l'entrepôt n'en a pas terminé avec les catastrophes. Ainsi, en août 1945, mais également le 13 juillet 1946, en 1947 et en 1952, des explosions secoueront le camp.

Malgré cela, l'entrepôt se relève peu à peu de ses ruines grâce aux efforts conjugués du Service du Génie et du Service du Matériel. En 1956, il est à peu près reconstruit, parfois avec des solutions de fortune. Il peut néanmoins recevoir jusqu'à 50 000 tonnes de munitions. Il accueille à cette époque des munitions américaines venues de l'aide Offshore, ainsi que des munitions allemandes. Les munitions américaines furent enlevées des dépôts français en 1975.

 

Source: Service de l'Architecture et des Patrimoines de la ville de Thouars